Astuces santé pour femmes

Une étude récente a montré qu’une augmentation de salaire peut protéger contre les maladies cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux…


Ceux qui ont augmenté leurs salaires étaient 15% moins susceptibles de souffrir d’insuffisance cardiaque au cours des 25 prochaines années, ont indiqué les chercheurs.

Cependant, le risque d’accidents vasculaires cérébraux et de crises cardiaques a augmenté de près de 20% chez les hommes et les femmes dont le revenu a diminué.

Les conclusions du Brigham and Women’s Hospital et de la Harvard Medical School montrent que leurs découvertes pourraient inciter les médecins à faire plus attention aux conditions financières des patients lors d’un test de maladie cardiaque.

Des études antérieures ont montré que des revenus plus élevés sont associés à un risque plus faible de maladie cardiovasculaire. Cependant, peu d’études ont examiné la relation entre les changements de salaire et les maladies cardiaques.

« Cette étude souligne la nécessité de sensibiliser les professionnels de la santé à l’impact des changements de revenu sur la santé afin d’améliorer l’efficacité du traitement », a déclaré le Dr Scott Solomon, médecin en chef du Brigham and Women’s Hospital.

Loading...

L’étude a mobilisé près de 9 000 participants de quatre domaines d’activité différents aux États-Unis et a été suivie par l’équipe pendant 17 ans en moyenne.
Les chercheurs ont constaté que les personnes ayant des salaires plus élevés présentaient un risque de maladie cardiovasculaire réduit de 14%. Ceci est principalement dû à un risque moins élevé d’insuffisance cardiaque.

Cependant, les participants ayant un revenu inférieur augmentaient leur risque de maladie cardiovasculaire de 17%, car de faibles revenus entraînaient une mauvaise alimentation, telle que la consommation d’aliments transformés riches en sucre et en graisses, augmentant ainsi le risque de crise cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral. .

Les bas salaires peuvent également entraîner du stress et de l’anxiété, qui sont à leur tour liés au tabagisme et à la consommation d’alcool, ainsi qu’une dépression, ce qui augmente le risque de maladie coronarienne.