Astuces santé pour femmes

Un garçon de 12 ans meurt à l’école après qu’on l’ait privé de son inhalateur contre l’asthme

= Les tragédies font partie de la vie et nous ne pouvons pas y échapper. À l’âge adulte, nous savons ce que c’est de perdre un être cher après avoir connu le chagrin dans votre vie. De là, l’angoisse nous prend et nous rebute à propos de tout et de tous ceux que nous aimons et que nous ne voulons pas perdre.

Mais la douleur est d’autant plus grande que la mort frappe un enfant de 12 ans asthmatique à l’école parce qu’il a été privé de son seul moyen de survie. CBC News nous raconte son histoire tragique…

Ryan Gibbons est un enfant asthmatique âgé de 12 ans qui a besoin de son inhalateur à chaque fois, car sa crise d’asthme peut être déclenchée à tout moment. Sauf que l’école Straffordville en Ontario où il étudiait avait une politique stricte consistant à enfermer les inhalateurs dans un bureau.
Privé de son inhalateur, l’enfant mourut
Pendant les récréations, Ryan jouait avec ses amis quand, soudain, il s’est senti mal et a eu du mal à respirer. Réalisant qu’il s’agissait d’une crise d’asthme, ses camarades ont tenté de l’aider en le transportant au bureau du directeur où son inhalateur avait été confisqué, mais il était trop tard, l’enfant s’était évanoui avant de mourir.

Mais Sandra Gibbons, la mère de Ryan, avait toujours insisté pour que son enfant puisse garder son inhalateur, mais malgré ses plaintes, la «Elgin Country School» ne l’entendait pas ainsi et le confisquait à chaque fois.

Selon cette école, tous les médicaments pourraient être dangereux et mal utilisés par les enfants et les traitements prescrits devaient être enfermés dans le bureau du directeur et non à la portée des enfants malades, ce qui est notoirement incompréhensible pour la mère de l’enfant.
Le chagrin de cette mère était incommensurable; elle ne comprenait tout simplement pas comment on pouvait interdire le seul moyen de survie que son enfant devait continuer à vivre.

Suite à cela, elle a décidé d’aider tous les enfants susceptibles de subir le même sort. Le gouvernement de l’Ontario a ensuite demandé au gouvernement de forcer les conseils scolaires à modifier radicalement leur politique et à adopter une nouvelle gestion des patients asthmatiques.

À cette fin, un projet de loi intitulé «Loi de Ryan» a été promulgué, qui permet désormais aux enfants de transporter leur inhalateur avec eux. Les écoles doivent autoriser les enfants malades munis d’un billet médical et d’une autorisation parentale à conserver leur inhalateur dans leur poche ou leur sac. L’asthme est une maladie courante, mais la plupart du temps, nous oublions qu’il est potentiellement dangereux, voire mortel.
Qu’est-ce que l’asthme et comment peut-il être dangereux?
Lorsqu’une personne souffre d’asthme, les parois internes des voies respiratoires appelées bronches sont enflées et enflammées et peuvent devenir extrêmement sensibles, notamment en cas d’allergie. Ainsi, par la contraction des voies respiratoires, la circulation de l’air devient difficile.

Cette maladie touche environ 4 millions de personnes, mais les décès sont fréquents même s’il existe aujourd’hui des traitements adéquats et efficaces, selon Doctissimo.

Il est en effet regrettable, en effet, de noter aujourd’hui l’existence de 1 000 décès par an, dus à l’asthme, ce qui s’explique par le fait que les personnes malades ne suivent pas leur traitement ou ne respectent pas son dosage précis.
Au cours du mois, 10% des enfants souffrent d’asthme et les premières crises peuvent survenir la première année dans 10 à 50% des cas ou avant la cinquième année dans 65 à 95% des cas.

Et selon Doctissimo, le plus souvent, l’asthme peut être allergique. Ainsi, les particules inhalées provoquent des réactions allergiques et peuvent altérer les voies respiratoires.
Les facteurs de risque sont:

  • Les acariens ainsi que les moisissures trouvées à l’intérieur de la maison
  • Pollen et moisissure de l’extérieur
  • Fumée de tabac
  • La pollution de l’air
  • Les produits chimiques utilisés à la maison ou sur le lieu de travail.