Astuces mariage pour femmes

Quand les enfants refusent d’aller à l’école


Comment reconnaître ce qu’on appelle le «refus de l’école» et comment ramener les enfants en classe
Le terme «refus de l’école» était plus ou moins synonyme d’absentéisme, évoquant une photo d’enfants traînant au coin de la rue ou enfermés dans leur chambre en train de jouer à des jeux vidéo.

Il est vrai que certains jeux sont peut-être impliqués, mais il est important de comprendre que le refus de l’école n’est pas la même chose que de jouer au hooky. Ce n’est pas le désir de s’amuser en dehors de l’école, mais plutôt l’aversion pour l’école elle-même.
Modèles problématiques

Tout le monde résiste de temps en temps à l’école, mais le comportement de refus de l’école est un motif extrême d’éviter l’école qui pose de véritables problèmes à un enfant. Le refus de l’école se distingue de l’évitement normal par un certain nombre de facteurs:

Depuis combien de temps un enfant évite-t-il l’école?
Combien de détresse elle associe à aller à l’école
À quel point elle résiste
Dans quelle mesure sa résistance interfère-t-elle avec sa vie (et celle de sa famille)

Inclure tous ces aspects est important, car un enfant peut toujours avoir un refus d’école même s’il fréquente l’école presque tous les jours. J’ai travaillé avec des enfants qui n’ont manqué qu’un ou deux jours d’école, mais ils ont été en retard 30 fois parce que leur anxiété est si extrême qu’ils ne peuvent pas aller à l’école à temps. Les enfants non scolarisés peuvent aussi avoir l’habitude de partir tôt, de passer beaucoup de temps à rendre visite à l’infirmière ou à envoyer des textos aux parents tout au long de la journée.
Jours de maladie suspects

Souvent, les enfants refusant d’aller à l’école signalent des symptômes inexpliqués tels que des maux de tête ou des maux d’estomac. L’anxiété se manifeste de manière physique, de sorte que leurs symptômes pourraient l’indiquer. En tant que parent, la première chose à faire dans cette situation est de faire vérifier votre enfant par un pédiatre. vous ne voulez pas négliger un problème médical. Mais il se peut que son problème soit d’aller à l’école.

Parfois, la résistance à aller à l’école n’est qu’un petit bémol sur le radar et on peut facilement y remédier. Peut-être que votre enfant a eu la grippe et a passé un bon bout de temps. Maintenant, il a du mal à faire la transition vers la rentrée scolaire. Soudain, elle devient collante et inquiète de tous les devoirs qui lui ont manqué.

Dans ce scénario, il est important de ne pas prolonger le temps passé à la maison. Au lieu de cela, vous voulez avoir une conversation avec l’enseignant et avec votre fille. Vous voulez pouvoir lui dire: «Nous avons parlé à votre professeur et il sait que vous étiez malade. Je sais que tu es inquiet, mais il comprend. C’est le moment de retourner à l’école. »Puis elle retourne à l’école et les choses se passent plutôt bien.

De même, certains enfants scolarisés font l’expérience d’une pointe d’anxiété après les vacances. L’essentiel est de ramener les enfants à l’école dès que possible.
Préoccupations plus graves

Loading...

Lorsque le refus de l’école commence à devenir un problème plus grave – cela dure plusieurs jours, semaines ou même plusieurs mois -, vous devriez tendre la main et demander de l’aide. Cela inclut les enfants qui vont à l’école mais ne fréquentent que des journées partielles car ils passent beaucoup de temps dans le bureau de l’infirmière et sont renvoyés à la maison plus tôt que l’école.

Comprendre le problème

Pour les cas plus graves de refus scolaire, la première étape du traitement consiste à obtenir un diagnostic complet. Bien que le refus de l’école ne soit pas un trouble pouvant être diagnostiqué, il accompagne souvent des troubles tels que l’anxiété de séparation ou l’anxiété sociale. Une évaluation complète aide les professionnels de traitement à comprendre ce qui sous-tend le refus de l’école, en leur permettant d’adapter le traitement à la situation particulière de votre enfant.

Écoute

Il est également possible que quelque chose de spécifique se passe à l’école, comme l’intimidation ou une classe difficile. Cela ne veut pas dire que vous devriez immédiatement intervenir et demander à votre enfant qui ne veut pas aller à l’école: « Qui vous intimide? » Mais il est important de savoir ce qui se passe dans la vie de votre enfant. Vous devriez vous attendre à entendre son professeur et à savoir comment vont les devoirs. Vous devriez également avoir une idée des enfants avec lesquels votre enfant traîne. Ce sont toutes des choses qui devraient apparaître dans la conversation quotidienne. Et si votre enfant mentionne que quelque chose s’est passé ce jour-là, rincez-vous les oreilles, écrasez ce que vous faisiez et écoutez sans porter de jugement, car cela pourrait être important.

Tendre la main

Les prestataires de traitement travaillant avec des enfants qui ont un refus de l’école auront souvent recours à la thérapie cognitivo-comportementale, qui aide les enfants à apprendre à gérer leurs pensées anxieuses et à faire face à leurs peurs. Bien que les enfants anxieux puissent être en désaccord, le meilleur moyen de surmonter l’anxiété est d’être plus à l’aise avec l’anxiété. Les enfants doivent avoir la chance de voir qu’ils peuvent aller à l’école et leurs pires craintes ne se produiront pas. La thérapie par exposition, qui réintroduit progressivement les enfants dans le milieu scolaire, est très efficace. Au tout début du traitement, cela peut impliquer de passer par l’école ou de traverser ses salles vides le week-end. À partir de là, les enfants peuvent travailler pour assister à un ou deux cours, puis éventuellement à une journée complète vers la fin du traitement.

Le mieux est d’être proactif et d’attraper le refus de l’école le plus tôt possible. Malheureusement, plus un enfant rate l’école, plus il lui est difficile de se remettre à la routine, car être absent est très réconfortant. J’ai travaillé avec des familles qui décrivent se préparer pour l’école comme si c’était une bataille pleine de crises de colère. Parfois, la matinée devient si difficile et épuisante que les parents abandonnent et disent: «Bien, reste à la maison; Je vais aller chercher tes devoirs. »C’est une situation très compréhensible, mais encore une fois, si on continue de le laisser, on éloigne un jour les enfants de leur retour à l’école. Il est important que les parents sachent que plus vite l’enfant retournera à l’école, mieux ce sera, et demander de l’aide est une première étape importante.