Astuces santé pour femmes

La ménopause fait-elle diminuer l’envie sexuelle ?

Oui, on peut passer le cap de la ménopause et de l’andropause et continuer à prendre son pied au lit ! Suivez ces conseils avisés recueillis auprès de Jean-Claude Piquard, sexologue-clinicien.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il est essentiel de rappeler que la ménopause et l’andropause sont très différentes même si leurs effets indésirables sont tout aussi pénibles.

« Pour l’homme, la baisse hormonale liée à l’âge est plus lente, surtout plus progressive en comparaison à la chute brutale des hormones féminines liées à la ménopause. Moins de 5% des hommes souffrent d’andropause au sens médical du terme, c’est une vraie pathologie ! », souligne Jean-Claude Piquard.
Réconcilier ménopause et sexualité

Prenez votre « clito » en main

Mesdames, ce n’est pas parce que vous ne pouvez plus « faire d’enfant » que vous ne pouvez pas vous faire plaisir ! Nous ne sommes plus au 18e siècle où la lutte contre la masturbation faisait rage et où les plaisirs sexuels étaient interdits en dehors de la reproduction. Comme le dit Jean-Claude Piquard : « Focus sur le clitoris ! » Réjouissez-vous aussi de ne pas vivre au 20e siècle, ce siècle qui a permis d’exciser le clitoris de nos dictionnaires. Bref, pour une sexualité sénior épanouie, appuyez sur le bon bouton et retrouvez le chemin de l’orgasme en compagnie de votre moitié ou en tête avec vous-même…

Objectif sensualité

« Privilégier les caresses sur tout le corps, dans une ambiance amoureuse pour éveiller la libido. » C’est Jean-Claude Piquard qui le dit ! Pensez aussi aux bougies pour tamiser la pièce, aux huiles de massage pour des préliminaires qui s’éternisent et puis… prenez votre temps. Quoi de plus précieux que de profiter de l’instant présent avec son autre dans votre nid douillet ? Rien ne presse, il suffit de jouir à point. Testez aussi le tantrisme pendant que vous y êtes.

Palliez le manque de lubrification

La sécheresse vaginale fait partie des petits désagréments liés à la ménopause. Et pour y remédier, Jean-Claude Piquard connaît une astuce : « On peut palier le manque de lubrification avec de la salive ! C’est pratique, on l’a toujours sur soi, à bonne température. » Si jamais la salive ne suffit pas, vous pouvez aussi opter pour un gel lubrifiant, comme Monasens ou Concept S qui ont « un effet chauffant » d’après notre sexpert.

Réconcilier andropause et sexualité

Mettez la main à la pâte

Après 50 ans, il est courant que l’érection spontanée s’affaiblisse. « En revanche, l’érection réflexe, liée à la stimulation directe du pénis et surtout du gland, persiste ! « La ou le partenaire devra faire le deuil de son pouvoir de séduction sur le sexe de monsieur et surtout ne pas s’ombrager d’avoir à prendre les choses en main », comme l’explique Jean-Claude Piquard.

Doucement mais sûrement

Avec l’âge et l’andropause, le désir sexuel est de moins en moins impétueux mais toujours présent. « Profitez d’avoir plus de temps, d’être moins pressés pour redonner une place de choix aux sentiments et à la sensualité. Chaque âge est différent mais toujours aussi riche », insiste notre spécialiste tout en douceur.

La pénétration n’est pas le seul bon coup

« En consultation, je reçois certains hommes psychologiquement dévastés car ils sont atteints d’un trouble de l’érection, c’est comme si leur honneur était en cause », raconte Jean-Claude Piquard. Certains de ces patients, dont l’ego ne réside apparemment que dans leur slip, se détournent complètement de la sexualité, se privant eux-mêmes et leurs partenaires des joies d’une sexualité non pénétrative. Quel dommage de refermer sur soi les portes d’un monde qu’on ignore et qui pourrait pourtant apporter son lot de réjouissances… Si vous connaissez ce genre d’âmes mâles errantes, essayez avec lui ces exercices d’énergie sexuelle.